Don Quichotte

par

Don Quichotte de la Mancha

DonQuichotte – don Quijiote en espagnol – est le pseudonyme du gentilhomme AlfonsoQuijano. Celui-ci est passionné par la chevalerie du Moyen Âge, et lesaventures épiques, les combats valeureux et les idéaux de noblesse qui lacaractérisent. Personnage excentrique et quelque peu dérangé, homme long etmaigre « à la triste figure », il entreprend de se livrer lui-même àune quête chevaleresque, pensant désormais être devenu l’un des personnages dece Moyen Âge qui le passionne tant.

On peuttrouver un grain de folie dans son comportement dès le début du roman, neserait-ce que dans ses habitudes quotidiennes : « Sa curiosité et son extravagance arrivèrent à ce point qu’ilvendit plusieurs arpents de bonnes terres à labourer pour acheter des livres dechevalerie à lire. » Ilpromet d’extravagantes rémunérations à son serviteur Sancho Panza avant decommencer son périple à travers l’Espagne.

Don Quichotteest cependant un personnage très touchant. En effet, sa déraison frôlantpresque la folie le pousse à avoir une vision totalement perturbée desréalités, et ainsi, dans ce qu’il croit être de la valeur, du courage et lemotif d’une quête épique, tous ne voient qu’une occasion de se jouer de lui etde le mépriser. Ce qui est pour lui tangible et n’admet aucune controverse devientprétexte à rire pour ses voisins : « Sonimagination se remplit de tout ce qu’il avait lu dans les livres,enchantements, querelles, défis, batailles, blessures, galanteries, amours,tempêtes et extravagances impossibles ; et il se fourra si bien dans latête que tout ce magasin d’inventions rêvées était la vérité pure, qu’il n’yeut pour lui nulle autre histoire plus certaine dans le monde. »

Eneffet, entre toutes autres choses, don Quichotte est obsédé par le fait dedécouvrir l’élue de son cœur, et chemin faisant, il jette son dévolu sur unesimple servante. Son imagination débordante le pousse à la prendre pour unenoble dame, et, suivant le code de chevalerie qu’il s’impose à lui-même, il partà la rescousse de l’opprimé et souhaite défendre l’honneur de celle-ci.

Ainsi, donQuichotte est le stéréotype du fou non pas bienheureux, car il demeure sanscesse tourmenté par la réalisation de ses idéaux, mais de l’homme qui croit àdes valeurs et se bat pour elle. Ce personnage est tragique dans son aspectbouffon et ridicule en ce que toutes ses entreprises sont vouées à l’échecdepuis le début : la belle pour laquelle il se bat n’a pas d’existencepropre, et tous les combats qu’il espère remporter ne sont livrés que contredes chimères.  Au chapitre 16 parexemple, la preuve de sa bonne foi se voit déçue et incomprise : alorsqu’il croit avoir enfin affaire à sa dulcinée venue le visiter dans la chambred’une hôtellerie où il fait hâte, il retient celle-ci dans ses bras sanscomprendre que c’est le muletier qui dort à côté de lui que la femme est venuevoir. Ce genre de situations précipite sans cesse don Quichotte de Charybde enScylla, l’éloignant de plus en plus de cette quête chevaleresque à laquelle ilcroit toujours davantage. Passée depuis dans les mœurs, l’expression« être un don Quichotte » signifie désormais se battre pour une causeperdue d’avance.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Don Quichotte de la Mancha >