Don Quichotte

par

Dulcinée du Toboso

Dulcinéedu Toboso est née de l’imagination de don Quichotte, après qu’il eut luquantité de livres de chevalerie. Comme tout bon chevalier du Moyen Âge,l’hidalgo décide de se trouver une raison de chair et d’os pour laquelle sebattre et accomplir son destin. N’étant pas un réel chevalier s’il n’a pas dedame à secourir et dont il va protéger l’honneur, il se met donc en devoir detrouver cette promise qu’il nomme Dulcineaen espagnol : « il sepersuada qu’il ne lui manquait plus rien, sinon de chercher une dame de quitomber amoureux, car, pour lui, le chevalier errant sans amour était un arbresans feuilles et sans fruits, un corps sans âme. »

Cette chimèreest peut-être la manifestation la plus criante de la folie de don Quichotte, cependant,il jette son dévolu sur une servante qu’il rencontre au début de l’œuvre, unejeune femme dont il était amoureux dans sa jeunesse, nommée Aldonza Lorenzo. Alorsqu’il la prend pour une dame de haute naissance naît le mythe autour duquel ilbâtit sa quête. Jurant fidélité et loyauté envers cette femme fictive, Dulcinéedevient le motif principal de l’échec de la quête de don Quichotte. Par soninexistence, elle réduit à néant toute la crédibilité du chevalier et voue àl’échec la quête du chevalier, courant après honneur et sentiment d’utilité.

Aujourd’huiencore, évoquer la « dulcinée » d’autrui revient à parler de l’amourinfini et excentrique qu’un homme peut porter pour une femme, cette appellationincluant toutefois une note d’ironie pathétique en rapport avec l’impossibilitéde la concrétisation d’une telle relation.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Dulcinée du Toboso >