Essais

par

La réflexion sur la condition humaine

De plus, l’auteur trouve notre tendance à la prétention très étonnante. La peinture qu’il fait de l’homme est peu enviable, mais très réaliste. Nous avons, en effet, tendance à discuter des sujets sur lesquels nous n’avons aucune maîtrise. Parfois, c’est la peur d’être exclu qui nous pousse à nous comporter ainsi. Il pense que la peur a des conséquences néfastes et un impact significatif sur nos vies : « Je fus frappé … gorge » (p. 50). La peur a donc un impact considérable sur nos actions et réactions. Il va plus loin en affirmant qu’elle a même un impact sur notre raison. Nous avons souvent peur de mourir. Pourtant, la mort est le seul élément qui permet de donner un jugement de valeur sur la vie qu’un homme a mené. Cette peur de la mort, nous pouvons la transcender grâce à la philosophie. Il cite Cicéron qui estime que philosopher, c’est apprendre à mourir. À travers cette citation, l’auteur veut nous faire comprendre que la philosophie nous donne la sagesse grâce à laquelle nous dépassons nos craintes. Cette sagesse nous permet de quitter ce monde sans regrets. Par ailleurs, il estime que ce qui donne à la mort ce caractère horrible et définitif, c’est le cérémonial qui l’entoure et les lamentations auxquelles nous nous adonnons.

Inscrivez-vous pour continuer à lire La réflexion sur la condition humaine >

Dissertation à propos de Essais