Ferragus

par

Auguste de Maulincour

C’est un jeune officier appartenant au corps de la cavalerie. Éduqué par sa grand-mère, fils unique des Charbonnon de Maulincour, il détient son haut statut social grâce à son appartenance à une vieille et noble famille et à l’influence de son aïeule. C’est un « jeune homme pâle, long et fluet, délicat en apparence, homme d'honneur et de vrai courage d'ailleurs, qui se battait en duel sans hésiter pour un oui, pour un non, ne s'était encore trouvé sur aucun champ de bataille, et portait à sa boutonnière la croix de la Légion d'honneur ». Sensible, particulièrement en ce qui concerne les femmes, il s’attriste néanmoins de son incapacité à les séduire, quelque peu honteux de la délicatesse dont il fait preuve de manière naturelle et qui ne sied pas souvent à la gent féminine. « La sensibilité de ce garçon, conservée pure, ne s'usa point au dehors […] quoique les femmes se plaignent d'être mal aimées par les hommes, elles ont néanmoins peu de goût pour ceux dont l'âme est à demi féminine. »

Ainsi follement mais néanmoins secrètement amoureux de la belle Clémence Desmarets, sa passion le pousse une nuit à la suivre dans ses déplacements. Malgré le mariage de sa dulcinée, il ne renonce pas à l’espoir de pouvoir un jour la conquérir. Ce désir est honnête et vrai, il ne s’agit pas d’une simple romance puisque Balzac décrit son jeune personnage comme fidèle et prenant le contrepied des coutumes qu’impose d’ordinaire le corps de la cavalerie : « il appartenait à l'arme française qui veut le plus de rapidité dans ses conquêtes, qui tire vanité...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Auguste de Maulincour >

Dissertation à propos de Ferragus