Ferragus

par

Ferragus

Ferragus est le père de Clémence Desmarets. Dans ses plus jeunes années, il travaillait comme entrepreneur en bâtiment. Son nom complet est en réalité Gratien Bourignard, son pseudonyme n’étant qu’un nom de guerre. S’il se cache désormais dans la maison mal famée où se rend fréquemment Clémence, c’est que son passé lui porte préjudice. L’homme est en réalité le chef de l’ordre des Dévorants, élu à l’unanimité. Ses activités l’ont fait condamner à vingt ans de bagne, dont il est parvenu à s’échapper.

Lorsque Clémence l’aperçoit pour la première fois, il se trouve au chevet de sa mère qui vient de mourir. Clémence reconnaît en lui l’homme de qui sa mère était follement amoureuse, et décide, par respect pour elle, de lui donner en retour le même amour que celui qu’éprouvait la morte. C’est ainsi qu’elle le visite fréquemment et aide celui que Balzac décrit comme un « homme long et sec, dont le visage plombé trahissait une pensée profonde et glaciale, séchait la pitié dans le cœur des curieux, par une attitude pleine d’ironie et par un regard noir qui annonçaient sa prétention de traiter d’égal à égal avec eux. Sa figure était d’un blanc sale, et son crâne ridé, dégarni de cheveux, avait une vague ressemblance avec un quartier de granit. » Clémence ne peut condamner ses actions, et le croyant totalement dépendant, ne peut lui en vouloir et s’en occupe aux dépens de sa santé et de sa vie.

Complice du marquis de Ronquerolles, il possède tout un cercle de partisans qui sont en réalité des sommités dans la société...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Ferragus >

Dissertation à propos de Ferragus