J'accuse

par

Présentation

Les troublespolitiques et sociaux de la Troisième République sont nombreux ; legouvernement se révèle fragile et instable, les crises qui ont lieu altèrent laconfiance de l’opinion publique dans le ministère, et le peuple se trouve deplus en plus engagé dans ces crises, à l’instar de ce qui se passe durant l’affaireDreyfus, qui va véritablement scinder l’opinion publique française. Au sein deces tensions politiques, les intellectuels prennent alors de plus en plus deplace. C’est ainsi que le jeudi 13 janvier 1898, soit quatre ans après le débutde l’affaire Dreyfus, Zola fait paraître J’accusedans le journal L’Aurore. Par cettelettre ouverte adressée au président de la République de l’époque, Zolas’engage dans le camp des dreyfusards en contestant la décision de justicerelaxant le véritable coupable, le colonel Esterhazy.

Ces prises deposition des intellectuels sont nouvelles et se révèlent précieuses au point devue littéraire, puisque nous pouvons voir émerger un nouveau type de discoursengagé, qui repose sur une tradition rhétorique très ancienne. Nous nousinterrogerons sur les caractéristiques de ce discours afin de montrer la rhétoriquejudiciaire à l’œuvre dans cet article.

 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Présentation >