J'accuse

par

Résumé

C’est dans un climat social antisémite que s’est produite l’affaire Dreyfus, qui polarisera la France de la fin du XIXe siècle. Le 15 octobre 1894, le capitaine d’artillerie Alfred Dreyfus est arrêté en tant qu’espion à la solde des services secrets allemands, sur la base d’un « bordereau » retrouvé à l’ambassade germanique divulguant des secrets militaires français. Même si le capitaine clame son innocence et que des graphologues divergent sur l’identification de l’auteur du document, Dreyfus est condamné à la déportation perpétuelle et à la dégradation.

L’implication de l’écrivain Émile Zola se fera graduellement : il rédige tout d’abord, le 16 mais 1896, un article publié dans le quotidien Le Figaro dénonçant les commentaires antijuifs qui pleuvent sur le capitaine depuis deux ans. Pendant ce temps, le nouveau chef des services secrets, le lieutenant-colonel Georges Picquart, identifie le véritable auteur du bordereau en la personne du commandant Ferdinand Walsin Esterhazy. Le 11 janvier 1898, ce dernier sera acquitté suite à une instruction judiciaire initiée par Mathieu Dreyfus, le frère du capitaine, et le 13 janvier, Zola publie une lettre ouverte au président de l’époque Félix Faure intitulée « J’accuse », dans un numéro spécial du quotidien L’Aurore imprimé à 300 000 exemplaires. Il y met en cause plusieurs militaires de haut rang qu’il nomme personnellement. Le procès en diffamation qui s’ensuit contre Zola et qu’il anticipait au moment de la publication permettra de rouvrir légalement le dossier Dreyfus.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de J'accuse