Julie ou la Nouvelle Héloïse

par

Jean-Jacques Rousseau

Chronologie : Vie & Regards sur les œuvres principales

 

1712 : Jean-Jacques Rousseau naît à Genève dans une famille d’horlogers. Sa mère meurt peu après sa naissance. Son père lui transmet sa passion des livres. Quand celui-ci fuit Genève pour échapper à la justice après une altercation, Rousseau est confié à un oncle pasteur ; Jean-Jacques a alors dix ans. À treize ans il est placé apprenti chez un maître graveur ; à seize, trouvant les portes de Genève fermées un soir au retour d’une balade, il décide de fuir. Il rejoint Annecy où à travers un prêtre catholique il rencontre une baronne, Mme de Warens. Il est envoyé se convertir à Turin. Là il occupe des emplois de laquais ou de secrétaire auprès d’aristocrates. Il retrouve ensuite en Suisse Mme de Warens, qu’il appelle « Maman ». Avec elle il vivra plusieurs ménages à trois. Rousseau s’adonne alors beaucoup à la lecture, est placé une période auprès d’un maître de chapelle, apprend la musique, surtout en autodidacte, l’enseigne – il joue du violon, de l’orgue, du clavecin. Il publie en 1739 un recueil de poésie. Devenu précepteur à Lyon en 1740, il fréquence la bonne société.

1743 : À Paris, après avoir tenté de faire valider un système de notation musicale par l’Académie des Sciences en 1742, qu'on juge peu innovant et peu pratique, Rousseau le publie sous le nom de Dissertation sur la musique moderne. Il se lie aussi d’amitié avec Diderot, encore méconnu comme lui. Il fréquente les salons, redevient précepteur, puis secrétaire d’un ambassadeur à Venise. De retour à Paris il s’intéresse à la politique et commence à concevoir Du contrat social. Il s’installe avec une lingère qui lui donnera cinq enfants que le couple fait tous placer à l’Hôpital des Enfants-Trouvés. Un ballet héroïque de sa main est représenté en 1744. Il continue de se faire employer comme secrétaire ou précepteur car il ne parvient pas à se faire connaître comme compositeur. En 1749 il rédige pour l’Encyclopédie les articles sur la musique. C’est aussi cette année-là qu’il vécut une fameuse illumination sur la route de Vincennes quand, allant rendre visite à Diderot incarcéré pour sa Lettre sur les aveugle, une foule d’idées se bousculèrent dans son esprit à la lecture dans Le Mercure de France de la question posée pour un concours par l’Académie de Dijon, concernant le rôle des sciences et des arts dans l’épurement des mœurs. « Je vis un autre univers et je devins un autre homme » dit-il dans ses Confessions. Les causes de la corruption de l’homme dans la société et les moyens d’y obvier lui apparaissent alors avec une grande clarté.

Inscrivez-vous pour continuer à lire  >


Dissertation à propos de Julie ou la Nouvelle Héloïse