Knock ou le Triomphe de la médecine

par

Le comique dans l'œuvre

Le thème de l'œuvre de Jules Romains est traité avec beaucoup d'humour, notamment avec la prédominance de la farce et de la comédie :

– Le côté farce apparaît en premier lieu lorsque la voiture s'arrête inopinément: les deux époux Parpalaid ne se comprennent pas alors que le docteur Parpalaid veut cacher la panne à son confrère. La situation est ainsi gênante pour le docteur: c'est un comique de situation.

Les consultations que donnent le docteur Knock au Tambour, la Dame en Noir et la Dame en Violet ont un point commun très comique: au départ ces personnages font part à Knock de problèmes de santé très mineurs, mais le docteur prononce à chaque fois ses diagnostics avec exagération comme s'il s'agissait de graves problèmes de santé. Il est amusant de voir le pouvoir que possède le docteur Knock par le biais de son statut qui lui donne une grande influence et confiance auprès de la population. C'est l'illustration de la farce et de la satire de la médecine, le docteur profite de ses connaissances pour tromper ses patients et s'adapte à chaque personnalités des patients pour mieux les ''contrôler'': le processus de domination par l'esprit est alors entrepris.

Les réactions disproportionnées de la Dame en Violet suite aux paroles de Knock sont ridicules; en effet la patiente ne cesse de s'exclamer avec la répétition des ''Oh'', tout en exprimant sa dévotion aveugle et très exagérée envers le docteur: «[…] soumise comme un petit chien.»

Une farce prenant parfois une tournure angoissante et illustrée par les Deux Gars du Village qui viennent en consultation sans doute pour ''rigoler'' et ''se moquer''. Le pouvoir autoritaire et les connaissances du docteur Knock sont tels que les deux personnages prennent peur et ressortent terrifiés, ce qui contraste très nettement par rapport au début de la scène où ils pouffaient de rire.

L'angoisse survient également au niveau de l'acte3 Scène 4 lorsque Knock démontre sa folie et son amour de la médecine, étant bien plus attiré par la diversité des cas médicaux que par le bien être des patients. Ce qui est inquiétant c'est son obsession à concevoir chaque personne comme un malade potentiel: «Je les mets au lit, et je regarde ce qui va pouvoir en sortir…», à partir de cette citation il évoque un certain nombre de maladies graves.

Un final triomphal pour Knock: il arrive à formuler un diagnostic qui met mal à l'aise le docteur Parpalaid, il a du mal à trouver ses mots et se montre inquiet. C'est l'illustration de la domination totale de Knock et de son emprise. La situation est comique puisque le docteur Parpalaid devient le patient de Knock.

– Le comique de mots: cette forme d'humour apparaît dès l'acte 1 avec l'utilisation du comique de répétition avec par exemple: «la Saint Michel» répété de nombreuses fois ou encore les doubles répétitions: «Pardon! Pardon!», «Monsieur, Monsieur…».

La fameuse expression devenue culte apparaît à l'acte 2: «Est-ce que ça vous chatouille, ou est-ce que ça vous grattouille?» avec un jeu de langue reposant sur les deux terminaisons en ''ouille'' et la nuance qui semble être importante dans la construction de la réplique.

L'illustration parfaite de la satire envers les docteurs avec une réplique de Knock: «Les gens bien portants sont des malades qui s'ignorent.». On comprend par cette phrase les abus dans le milieu de la médecine de l'époque.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le comique dans l'œuvre >