L’affaire Courilof

par

Léon et sa cible

Léon a donc une mission : il est chargé par le Comité de tuer Courilof, surnommé Le cachalot. Il se rapproche du pouvoir politique et de sa cible, tout en masquant la haine qu'il éprouve à son égard. Enfin, il rencontre Courilof, et découvre que ce dernier est déjà bien malade. En effet Léon le découvre, allongé sur un lit, en se tordant de douleurs, pris de spasmes, ce qui tranche avec l'image que le Comité lui en avait donné. Au premier abord, Mr Courilof n’a rien de terrifiant, il paraît bien inoffensif, voire mourant, et inspire de la pitié à son conseiller qui se retrouve à son chevet.

Le ministre est en réalité depuis quelques mois déjà gravement atteint d'un cancer au foie. Évidemment, sous le régime du Tsar et avec une presse muselée par le pouvoir politique, et faisant sa propagande grâce à des médias officiels, cela ne se sait pas, aucune information n’a jamais filtré à ce sujet. Ce qui est frappant, c'est que même le médecin du ministre ne prononce pas le mot de cancer, de peur de passer pour un dissident car cela pourrait créer une image d'homme faible, faillible, et pourrait nuire au pouvoir politique en place. Mais Léon qui a fait des études de médecine s'en rend bien compte : Courilof est mourant, ses jours sont comptés et personne n'ose le dire. D'ailleurs il est surpris par le fait que le médecin ne lui prescrive que des soins généraux, et ne prenne aucun risque quant aux traitements.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Léon et sa cible >

Dissertation à propos de L’affaire Courilof