L’affaire Courilof

par

Les idéaux révolutionnaires et leurs moyens remis en doute

Legrand a de nombreuses hésitations quant à la légitimité de mener à bien sa mission et d'assassiner Courilof. Sa vie auprès du ministre et la découverte de sa vie privée l'ont rendu quelque peu plus humain. Aussi, il se met à douter des idéaux des révolutionnaires et des moyens qu'ils veulent employer pour parvenir à leurs fins. De plus, il ignore ce qu'ils mettront en place dans l'hypothèse où le régime devait chuter : l'absence de projets précis et viable l'empêche de trouver dans leur entreprise une légitimité. Il cumule alors des doutes envers son propre groupe, qui le font hésiter à agir et qui le bloquent. De plus leur volonté de faire un '' coup médiatique '' ne plait pas à Legrand qui voit dans les actes terroristes le risque de tuer encore des dizaines de citoyens innocents.

Ce doute est ressenti par les membres du comité révolutionnaire. Celui-ci attend le moment le plus propice pour donner l'ordre de tuer, afin que cet attentat contre un haut dignitaire du régime porte un coup fatal à la dictature. Legrand se rend compte de la volonté des membres du comité révolutionnaire à frapper un grand coup en assassinant un ministre important alors que ce dernier est mourant. Il aurait préféré que la révolution se fasse sans heurt et que le ministre soit jugé par un tribunal, soit condamné à mort par un juge et non assassiné.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Les idéaux révolutionnaires et leurs moyens remis en doute >

Dissertation à propos de L’affaire Courilof