L’affaire Courilof

par

Résumé

Quand Léon M... meurt à Nice en 1932, il vient de terminer la rédaction d'un court récit, celui de l'affaire Courilof dont il fut un des protagonistes. C'est en 1903 que le Comité l'a chargé de liquider l'affaire Courilof. Ce Comité, c'est l'organe du Parti qui aspire à prendre le pouvoir dans la Russie tsariste. C'est ce même Comité qui a permis à M... de vivre et grandir. Né en Sibérie en 1881, M... est le fils de deux déportés politiques, très tôt disparus. Son père est mort en prison à Saint-Pétersbourg, sa mère de tuberculose et de misère à Genève, quand l'enfant a dix ans. Léon M... grandit dans un sanatorium suisse tenu par le docteur Schwann, un médecin qui est aussi un des chefs du Parti. L'enfant y apprend les langues, la médecine, et la dialectique révolutionnaire, l'esprit nourri de lectures appelant au renversement du tsar : il appartient au Parti. Cette formation et son action lors de l'affaire Courilof lui permettront de gravir les échelons et de devenir une figure de la révolution d'Octobre, un agitateur puis un cadre impitoyable de l'ordre nouveau. Responsable de nombreuses exécutions, il est finalement poussé à l'exil. Il échoue à Nice où il coulera de mornes jours ; en effet, petit homme aux poumons fragiles, il s’épuise doucement jusqu'à la mort.

Mais en ce début de XXe siècle, le tsar règne toujours, et son ministre de l'Instruction Publique est Valerian Alexandrovitch Courilof. Gros, lent, monolithique, cruel et avide d'honneurs, il est protégé par le prince Nelrode. Il a épousé en secondes noces son ancienne maîtresse, une...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de L’affaire Courilof