L’affaire Courilof

par

Léon M. le ''miraculé''

Le personnage principal est présenté dès le début du roman, au début de sa vie. Léon M., dont on ne connaitra jamais le nom de famille complet, devient orphelin alors qu'il est encore enfant. Son père, emprisonné depuis plusieurs années pour d’obscures raisons, meurt dans les prisons du Tsar Nicolas II qui règne en tyran sans partage sur l’empire Russe. Quant à la mère de Léon, affaiblie par les mauvais traitements et les conditions climatiques difficiles du camp de travail où elle avait été déportée, meurt peu de temps après son retour. Ses deux parents seraient donc morts pour la même cause, celle qui s'oppose au régime.

 

Léon est orphelin alors qu'il est encore enfant. Il n'a pas de famille, pas d'argent, aucun bien ni aucun repère. De plus, pour cumuler ses malchances, et renforcer son côté miraculé, Léon est malade : il est atteint de tuberculose. L’enfant est alors envoyé en Suisse pour bénéficier de meilleurs soins dans un sanatorium, ce qui lui sauvera la vie.

 

En effet l'administration de Nicolas II a surtout œuvré pour l'image du pouvoir, mais sans se  préoccuper du peuple. La Russie est en perte de vitesse, le pouvoir  y est moins apprécié, moins crédible et surtout le peuple souffre de la pauvreté, de la faim, et du froid et veut se soulever. On voit donc que la Russie est bien moins avancée que le reste de l'Europe au niveau scientifique et médical. Les médecins qui s'occupèrent de Léon en Suisse font partie d'un groupe d’opposants politiques Russes qui agissent de l'extérieur de l'empire : le Comité Suisse des Révolutionnaires Bolcheviques ».

 

Léon survit, retrouve la santé, grandit, et se rend compte qu’il doit la vie à ce comité qui lui a fait bénéficier des meilleurs soins hors de l’empire : « Ainsi, j’appartenais au parti par ma naissance ».

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Léon M. le ''miraculé'' >