L’Ensorcelée

par

L’amour et ses tourments

L’Ensorcelée prend la forme d’un récit que l’auteur/narrateur aurait reconstitué à partir de plusieurs sources de façon à en rendre une image la plus fidèle possible. C’est l’histoire d’un homme et d’une femme dans un contexte particulier : celui d’une campagne nimbée de mystères et de croyances mais dans laquelle le climat politique a malgré tout une influence.

            Dans le roman, l’abbé de la Croix-Jugan tente de se suicider croyant alors servir une cause perdue – il s’est alors engagé auprès des Chouans -, il sort de cet épisode défiguré. Cependant, si son visage est devenu hideux, c’est en grande partie à cause de l’attaque de ses adversaires qui avaient décidé lui infliger des tourments plus grands encore. Il sera connu en Normandie sous le surnom de l’abbé de la Goule-Fracassée. Son histoire va se mêler à celle d’une femme : Jeanne-Madeleine de Feuardent. Dernière représentante d’une grande lignée elle s’est vue contrainte d’épouser Thomas Le Hardouey, cela par nécessité et non par amour, elle se voit ainsi « … obligée de vivre avec des hommes du niveau de son mari, attachée aux intérêts d’un ménage de cultivateur, n’ayant jamais connu les mœurs d’une société plus élevée qui, sans les évènements, aurait été la sienne … ». C’est une femme aimée de tous les habitants des bourgs voisins et qui était tenue en haute estime comme un exemple de vertu et de bon sens.

Toutefois, après la réouverture de l’église de Blanchelande, qui avait été fermée, comme un...

Inscrivez-vous pour continuer à lire L’amour et ses tourments >

Dissertation à propos de L’Ensorcelée