L'été où il faillit mourir

par

Ni blanc, ni Indien

La place et la socialisation d’un homme dans le monde sont tributaires de plusieurs éléments, notamment la présence des parents, l’éducation reçue, ou encore l’appartenance à un groupe social déterminé. Il est important d’intégrer ces éléments avant de s’aventurer à cerner les méandres de la sulfureuse personnalité de Chien Brun. En effet, il a été abandonné dès son plus jeune âge par ses parents et a donc été élevé par ses grands-parents, ce qui nous emmène au second point, celui de l’éducation. Les vieilles personnes n’ont généralement ni les ressources physiques, ni la poigne nécessaire pour éduquer un enfant comme il se doit. Bien au contraire, elles les gâtent plus qu’autre chose, surtout quand il s’agit de leur petit fils comme c’est le cas ici. L’éducation de Chien Brun a donc contribué à faire de lui ce qu’il est aujourd’hui.

Par ailleurs, l’appartenance au groupe social pose aussi problème car Chien Brun est « Blanc, métissé indien ». En comparaison, son oncle Delmore est lui un « Véritable indien chippewa ». Force est de constater ici que Chien Brun est de sang mêlé et n’appartient ni à l’une, ni à l’autre de ces deux races, ce qui pose un problème d’identité. Ce constat pousse le lecteur à se demander ce que cela peut provoquer chez un individu lorsqu’il est de la même famille qu’une personne sans être de la même race, ni reconnu comme tel : A qui donc pourriez-vous vous identifier ? Qui serait votre repère et quels seraient vos sentiments ? La réponse, quoique lourde de conséquences pour votre santé mentale, serait implacable, car vous constateriez que vous...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Ni blanc, ni Indien >

Dissertation à propos de L'été où il faillit mourir