L'homme invisible

par

Griffin, alias « l'homme invisible »

M. Griffin fait peur aux gens du village où il séjourne. Il faut dire que son aspect est étrange et peu engageant : « tout le front du voyageur, au-dessus des lunettes bleues, était couvert d’un bandeau blanc, un autre bandeau, appliqué sur les oreilles, ne laissait pas apercevoir le moindre bout de visage, si ce n’est un nez rouge et pointu, toujours aussi rouge et luisant ». En appuyant sur l'aspect repoussant de son personnage, Wells crée chez le lecteur une sorte de dégoût et de peur envers cet homme que personne ne peut voir. La grande précision du physique permettant également au lecteur d'entrer plus facilement dans l'histoire et de représenter l'homme tel que l'auteur l'imagine : « L’homme portait une jaquette de velours foncé, avec un large collet noir, relevé autour du cou et laissant passer une ligne de linge. La chevelure, épaisse et brune, qui s’échappait au hasard, en petites queues, en petites cornes singulières, de dessous les deux bandeaux croisés, donnait à la physionomie l’aspect le plus étrange que l’on pût imaginer ». Nous apprendrons par la suite qu'il est atteint d'albinisme, une maladie qui touche à la mélanine contenue dans le corps.

En plus de son aspect assez repoussant, M. Griffin cultive en lui un personnage assez antipathique. Sans arrêt en train de maltraiter verbalement Madame Hall, la femme qui l'accueille, il est très vite détesté par les autres. Les enfants le surnomment le « Croquemitaine ». Il est décrit comme un homme acariâtre, grincheux et n'éprouvant que peu de respect pour les autres : « pestait bruyamment contre les enfants qu’il entendait », « Pourquoi ne terminez-vous pas et ne partez-vous pas ? dit la figure rigide, évidemment en proie à une fureur difficilement contenue. Tout ce que vous êtes parvenu à faire, c’est de resserrer l’aiguille sur le cadran. Vous vous moquez du monde ! ». Bien vite, H. Wells nous révèle un personnage violent, prêt à tout pour sa survie et la conservation de son intimité.

Chercheur de profession, il est constamment entouré de produits, de fioles, ce qui attise la curiosité des gens d’Iping. S'étant lancé dans des études sur la lumière, l'idée de l'invisibilité lui vient très vite. Il passe alors trois ans à chercher comment parvenir à rendre invisible un homme et finit par trouver. Il teste son expérience sur un mouchoir, puis sur un chat et enfin sur lui, afin d'échapper à un avis d'expulsion.

Sa volonté de se jouer de tous et d'assurer sa domination lui sera fatale, car il mourra, roué de coups par les villageois.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Griffin, alias « l'homme invisible » >