L'homme invisible

par

Griffin, alias « l'homme invisible »

M. Griffin fait peur aux gens du village où il séjourne. Il faut dire que son aspect est étrange et peu engageant : « tout le front du voyageur, au-dessus des lunettes bleues, était couvert d’un bandeau blanc, un autre bandeau, appliqué sur les oreilles, ne laissait pas apercevoir le moindre bout de visage, si ce n’est un nez rouge et pointu, toujours aussi rouge et luisant ». En appuyant sur l'aspect repoussant de son personnage, Wells crée chez le lecteur une sorte de dégoût et de peur envers cet homme que personne ne peut voir. La grande précision du physique permettant également au lecteur d'entrer plus facilement dans l'histoire et de représenter l'homme tel que l'auteur l'imagine : « L’homme portait une jaquette de velours foncé, avec un large collet noir, relevé autour du cou et laissant passer une ligne de linge. La chevelure, épaisse et brune, qui s’échappait au hasard, en petites queues, en petites cornes singulières, de dessous les deux bandeaux croisés, donnait à la physionomie l’aspect le plus étrange que l’on pût imaginer ». Nous apprendrons par la suite qu'il est atteint d'albinisme, une maladie qui touche à la mélanine contenue dans le corps.

En plus de son aspect assez repoussant, M. Griffin cultive en lui un personnage assez antipathique. Sans arrêt en train de maltraiter verbalement Madame Hall, la femme qui l'accueille, il est très vite détesté par les autres. Les enfants le surnomment le « Croquemitaine ». Il est décrit comme un homme acariâtre, grincheux et n'éprouvant que peu de...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Griffin, alias « l'homme invisible » >

Dissertation à propos de L'homme invisible