L'homme invisible

par

Le pouvoir

« J’éprouvais la sensation d’un voyant qui marcherait, avec les pieds enveloppés d’ouate et des vêtements qui ne feraient aucun bruit dans une cité d’aveugles. J’avais une tentation folle de plaisanter, de faire peur aux gens, de leur taper sur l’épaule ». L'auteur nous montre à travers cette phrase à quel point ne pas être vu peut apporter à l'homme la sensation d'un pouvoir absolu. En effet, si on peut être invisible, il n'y a pas de risque de sanction : c'est la certitude de l'impunité qui confère un tel pouvoir à l'invisibilité. C'est ainsi que M. Griffin va plusieurs fois commettre des actes répréhensibles par la loi. Il n'hésite pas de voler, notamment M. et Mme. Bunting à Iping, à frapper, à faire peur aux gens et même à tuer. En effet, on le soupçonne du meurtre de M. Wicksteed, l’intendant du Lord Burdock : « Il est permis de croire que Griffin avait pris cette tige de fer comme arme ». Son invisibilité le pousse même à avouer ses plans à celui qu'il croie être son ami, M. Kemp, c'est-à-dire sa volonté de régner par la terreur et de tuer ceux qui désobéiront à ses ordres: « Elle est donc particulièrement utile pour tuer. Je peux faire le tour d’un homme, quelque arme qu’il ait, choisir le point, frapper comme je veux, parer comme je veux, m’esquiver comme je veux ».

L'absence d’une punition va lui apporter une grande assurance et lui fait perdre les notions élémentaires du bien et du mal. Ce manque...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le pouvoir >

Dissertation à propos de L'homme invisible