La conjuration des imbéciles

par

Résumé

Dans les années 1960, à la Nouvelle-Orléans, un petit groupe de personnes attend devant le magasin D. H. Holmes. C'est l'anodin point de départ d'une délirante aventure où des personnages disparates voient leurs vies s'entrechoquer comme boules de billard.

Ignatius Jacques Reilly est phénoménal : immense, d'une obésité tapageuse, vêtu avec un mauvais goût revendiqué, ce trentenaire attend sa maman qui traîne dans le magasin, ce qui l'agace prodigieusement. Vêtu d'un ample pantalon de tweed, d'un cache-nez et d'une formidable casquette verte à oreillettes, le visage barré d'une épaisse moustache, il attire l'attention de l'agent Mancuso, minable policier en quête d'arrestation. L'agent interpelle Ignatius, qui répond en un anglais châtié mais insolent à l'outrecuidant personnage. Intervient un vieux monsieur, Claude Robichaux, qui traite l'agent de « communisse », insulte suprême dans l'Amérique de la guerre froide. Une échauffourée va éclater, aussi Mancuso emmène-t-il Robichaux au poste tandis qu'Ignatius part avec sa mère, enfin réapparue.

Ignatius est stupéfiant. Ce lettré – c'est un médiéviste féru de psychanalyse – vit avec sa mère Irene dans une sordide maison sise dans une ruelle crasseuse. Il ne travaille pas, passe des heures devant le téléviseur à apostropher les personnages qu'il voit défiler, les accusant d'être responsables de la dégradation des...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de La conjuration des imbéciles