La Dame aux Camélias

par

Une part autobiographique réduite

Malgré la dimension autobiographique du roman, qui repose sur l’aventure amoureuse de Dumas avec Marie Duplessis, l'auteur réduit habilement cette dimension, mettant une distance entre lui et son alter ego Armand Duval. Étant donné le portrait peu flatteur qu’est fait de ce dernier, on peut le comprendre. Dumas crée cette distance grâce au personnage du narrateur, en qui on peut reconnaître un avatar de l’auteur. Le narrateur est un écrivain – Armand Duval lui-même lui recommande d’écrire le livre – qui philosophe tout en déambulant, qui offre une oreille attentive à la confession d’Armand, et qui commente le tout. Ses commentaires en font un porte-parole du public. Il est évident qu’il connaît mieux le demi-monde qu’Armand, et ainsi Dumas-narrateur peut se détacher de la naïveté de Dumas-Armand. Ce côté mondain du narrateur assure que lorsque son commentaire se rattache au point de vue moralisant, en pardonnant Armand ou en complimentant M. Duval, le lecteur le suivra. À noter que ce type de narrateur après-le-fait n’est pas une invention de Dumas mais une astuce bien connue des romanciers de l’époque, même si Dumas l’utilise avec virtuosité.

De plus, Dumas utilise dans sa trame non seulement l’histoire de sa propre relation avec Marie Duplessis, mais aussi des détails de sa vie avec Édouard de Perrégaux. C’est en effet le mariage de Marie avec ce dernier qui échoue du fait de l’intransigeance d’un père, amenant celle-ci à se replonger dans sa vie demi-mondaine avant qu’elle ne meure de la phtisie. Des actions de Perrégaux vient aussi l’épisode de l’exhumation – mais celui-ci est aussi romancé : en vérité, le comte de...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Une part autobiographique réduite >

Dissertation à propos de La Dame aux Camélias