La mondialisation n'est pas coupable

par

Résumé

Paul Krugman propose dans cet essai de réfuterl’idéologie économique dominante qu’il qualifie d’« internationalismepop ». Cette mouvance de pensée postule que nous vivons dans « unmonde dans lequel les États, comme les entreprises, sont engagés dans unecompétition sauvage sur les marchés mondiaux ». D’après lui, cette idée estinepte, notamment en ce qu’elle ignore une tradition alternative dans laréflexion sur l’économie mondiale, fondée par David Hume et son essai Del’équilibre du marché, et à laquelle Krugman adhère. Toutefois, et c’est làque naît le second objectif de l’ouvrage, la méconnaissance de cette traditionalternative n’est pas uniquement due à la normalisation de la pensée par lesuniversalistes pop. En fait, les intellectuels qui poursuivent les travaux deHume font peu d’efforts pour se faire comprendre du grand public. Ce que Krugmancherche à faire, c’est aussi à rendre ces idées autres plus accessibles. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >