La mondialisation n'est pas coupable

par

Une autre vision de la mondialisation et le rejet des thèses des autres économistes

Krugman décide de dédier cet ouvrage à la réfutation des thèses développées par le plupart de ses confrères mais aussi les journalistes européens et américains de son époque : Krugman rejette totalement la vision de ses contemporains et critique ses confrères et leurs idées populaires, voire populistes et qui '' présentent une vision du monde faussée du commerce international, à savoir que le commerce international est le terrain sur lequel les états se livrent une compétition à somme nulle ''. Il reprend d'ailleurs les 6 mensonges selon lui de la théorie pop internationale, en faisant une synthèse : '' Pour commencer, j’aimerais reproduire une citation typique sur le sujet de l’économie mondiale (ne tenez aucun compte pour l’instant des chiffres) : « il faut définir un nouveau paradigme économique parce que l’Amérique est aujourd’hui d’une économie véritablement mondiale (1). Pour conserver son niveau de vie actuel, l’Amérique doit aujourd’hui apprendre à soutenir la concurrence sur un marché mondial de plus en plus difficile (2). C’est pourquoi il est devenu essentiel d’obtenir que la productivité et la qualité des produits soient maintenues au niveau le plus élevé possible (3). Nous devons orienter l’économie américaine vers les secteurs à forte valeur ajoutée (4) qui créeront les futurs emplois (5). Et la seule façon de devenir compétitif dans la nouvelle économie mondiale est de forger un nouveau partenariat entre le gouvernement et le monde des affaires (6) ''

Son œuvre se...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Une autre vision de la mondialisation et le rejet des thèses des autres économistes >

Dissertation à propos de La mondialisation n'est pas coupable