La parure

par

Conclusion

La Parure est une courte nouvelle, narrée comme un conte, et son coup de théâtre final, comme on en rencontrera chez certains écrivains de langue anglaise comme Oliver Henry ou Fredric Brown, offre au lecteur une morale simple : les apparences sont trompeuses, et la poursuite de chimères ne mène à rien. Il est regrettable que Mathilde Loisel n’ait croisé un Ronsard pour lui dire : « Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain : / Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie. » Sa beauté en aurait été préservée, et ses jours plus heureux.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Conclusion >