La Philosophie dans le boudoir

par

Septième et dernier dialogue

La mère entre ; elle ordonne, choquée par ce qu'elle voit, à Eugénie de la suivre. Eugénie refuse. Dolmancé fait un discours qui remet en cause les droits que les parents auraient sur leurs enfants.

Chacun viole, à tour de tour de rôle, la mère, avec une violence particulièrement choquante et malsaine. Dolmancé renvoie chacun chez soi et conclut : « Voilà une bonne journée ! Je ne mange jamais mieux, je ne dors jamais plus en paix que quand je me suis suffisamment souillé dans le jour de ce que les sots appellent des crimes. »

Inscrivez-vous pour continuer à lire Septième et dernier dialogue >

Dissertation à propos de La Philosophie dans le boudoir