La remplaçante

par

Frank Andriat

Frank Andriat – pseudonyme de Frank Goetghebeur – est un écrivain belge d’expression française né en 1958 à Ixelles (commune de Bruxelles-Capitale) en Belgique. Il grandit à Schaerbeek, autre commune de Bruxelles-Capitale, avec sa mère, séparée de son père, et ses grands-parents maternels. Il commence à écrire tôt, dès 13 ans, encouragé par un de ses professeurs, l’écrivain et poète belge Jacques Crickillon, aussi nommé Frank Paradis (1940-) – dont il lit les œuvres parmi bien d’autres lectures. Il écrit d'abord de la poésie, et crée avec des amis, à Schaerbeek où il étudie, une revue littéraire appelée Cyclope. Il y publie notamment des textes de jacques Crickillon ou de Jean Muno sur lequel il écrira plus tard un mémoire.

À dix-huit ans en 1976 il publie son premier recueil de poèmes, Oiseaux de sang, qui remporte un prix – « Et alors tu as vu / le soleil sur le terre a laissé son message / de couleurs et d’oiseaux criailleurs / Entends / au crépuscule parfois / j’harmonise mes enfances ». Cette année-là il part suivre ses études supérieures à l’université Libre de Bruxelles où il étudie la philologie romane et fait porter son mémoire de licence, en 1980, sur l’œuvre de l’écrivain belge Jean Muno (1924-1988) avant de revenir à Schaerbeek enseigner le français dans le secondaire, à l’Athénée communal Fernand Blum où il a été lui-même élève.

En parallèle de ses études il collabore avec diverses revues comme Marginales et Le Journal des Poètes, écrit des contes fantastiques et des romans policiers avec Jean-Claude Smit-le-Bénédicte, dit Mythic. Il aborde aussi la littérature en tant que traducteur d’auteurs espagnols (Leono Mercado) et argentins (Pilar Zapico) après ses voyages dans des pays hispanophones et des rencontres.

 

Il connaît le succès en 1986 avec le Journal de Jamila, témoignage fictionnel d’une jeune Marocaine émigrée à Bruxelles depuis son enfance, partagée entre deux cultures qu’elle tente de concilier, à travers le respect des traditions familiales et l’intégration qu’elle souhaite parmi les jeunes gens de son école. La jeune fille est aussi consciente du regard lourd que certaines personnes portent sur elle, et l’œuvre aborde donc le thème du racisme.

En 1989 Frank Andriat fait paraître un recueil de nouvelles, Hirondelles, qui remporte à nouveau un prix, constitué de récits souvent humoristiques, qui malgré leur légèreté ne dissimulent pas la vulgarité de la vie, ses tragédies, et qui ne s’interdisent pas de faire voisiner la candeur et le...

Inscrivez-vous pour continuer à lire  >

Dissertation à propos de La remplaçante