La remplaçante

par

Quel type d’enseignement ?

Plusieurs éléments dans le roman de Frank Andriat mènent à considérer le type d'enseignement qui pourrait le mieux convenir face à des adolescents. L'image d'un enseignement plus à l’écoute, plus pédagogique, est principalement incarné par un personnage important mais finalement absent tout au long de l'histoire : Mademoiselle Laurent, la professeure de français qui se fait remplacer suite à un accident. Mademoiselle Laurent semble en effet ravir Raphaël : «Une femme qui, surtout, prend le temps de nous écouter, qui part de nos difficultés et qui nous aide à les dépasser plutôt que de nous assommer avec des connaissances dont ne nous voyons pas l'intérêt. » Cette citation illustre parfaitement la nécessité d’un enseignement qui doit absolument favoriser l'échange entre élèves et professeurs, orienté en partie vers l’écoute des élèves pour ainsi saisir leurs difficultés et les combattre, ce qui demande beaucoup de pédagogie.

Madame Grivet incarne le contraire de ce type d'enseignement. C'est encore une fois à travers les yeux de Raphaël que l'on peut voir une très nette différence entre ses méthodes et l’idéal dont il rêve : « Elle donne des cours pour elle, sans se préoccuper le moins du monde de nos réactions. » On comprend ainsi que Madame Grivet n'est pas faite pour l'enseignement, une transmission qui demande, surtout avec des adolescents, des cours intéressant et attractifs. Elle préfère en effet assommer ses élèves de verbes à recopier et dicter des leçons, sans la moindre nuance ni enthousiasme particulier.

La...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Quel type d’enseignement ? >

Dissertation à propos de La remplaçante