La Rose de Personne

par

La poétique de Paul Celan

A) L’amour d’une langue : l’Allemand

Bien qu’il soit d’origine roumaine, Celan a toujours été attiré aussi bien par les traditions et la culture viennoise que par la langue allemande. Tout comme sa mère Friederike Schrager, il est fasciné par l’Allemand, il devient même interprète et traducteur en Allemand, un domaine dans lequel il excelle. Il voit l’Allemand comme « une promesse d’émancipation, [alors que] celle-ci fut[…] synonyme d’assimilation», selon les dire de E. Jackson dans « Poèmes » Puisqu’il s’agit de la langue des ennemis de son époque, il tente de s’en servir à son avantage.

La langue allemande l’aide à s’exprimer, s’orienter et trouver sa réalité. Complètement subjugué par cette langue, il ne peut que se familiariser avec elle, s’identifier à elle. Il en fait un style, son style de manière à dire l’indicible. Chaque mot est longuement pesé et réfléchi. Chaque poème contient une réalité que Celan rencontre ou a expérimenté, une réalité qui « se réduit à une réalité ponctuelle », cachée au lecteur, mais bien présente.

« Durant ces années et les années qui suivirent, j’ai tenté d’écrire des poèmes dans cette langue pour parler, pour m’orienter, pour m’enquérir du lieu où je me trouvais et du lieu vers lequel j’étais entraîné, pour m’esquisser une réalité ».

B) Poésie hermétique et symbolique

Paul Celan fait de ses poèmes dans « La Rose de Personne » un style unique, parfois...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La poétique de Paul Celan >

Dissertation à propos de La Rose de Personne