Le Bachelier

par

L'agitation politique dans Le Bachelier

LeBachelier donne une vision directe des milieuxrépublicains de la fin de la Deuxième République et du début du Second Empire.On y voit des jeunes gens pauvres, issus de milieux de très petite bourgeoisie,organisés en communauté et qui vivotent plus ou moins. Ils rêvent d’un mondemeilleur et nouveau. Les jeunes protagonistes du Bachelier manifestent,soutiennent, crient fort, ne reculent pas devant la troupe. On tente de créerun journal, on fonde un comité des jeunes. Cependant, la description du lendemaindu coup d’État du 2 décembre 1851 fait l’effet d’un couperet : ils sont bienseuls quand ils appellent à la défense de la république. La description quedonne Vallès de ces temps reflète la vérité historique et l’opinion du peuple,ce peuple qu’ils veulent défendre. Cette opinion est exprimée par la tendreamie de Jacques : « On ne se battra pas. » Ces jeunes gensseront les seuls à crier « Vive la république ! » jusqu’à enperdre la voix, le peuple ne les suit pas

         Par la suite, ils n’abandonnent pasleurs idées républicaines, malgré la surveillance de la police et l’ombre de laprison qui plane sur eux. Ils vont même très loin, envisagent l’assassinat.C’est ainsi que Jacques Vingtras trempe dans un complot qui vise à assassinerNapoléon III. L’affaire échoue, mais Jacques et ses amis sont arrêtés etemprisonnés.

         Ces jeunes gens exaltés vont plus loinque les quelques républicains « officiels » que tolère le régimeimpérial. Plus tard, on retrouvera la plupart d’entre eux dans les rangs des communardset sur les barricades de Paris au cours de la Semaine sanglante de mai 1871.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur L'agitation politique dans Le Bachelier >