Le deuxième sexe

par

Son engagement féministe

Au cours de sa vie, Simone de Beauvoir deviendra le symbole de l'engagement féministe, notamment après la parution de son livre Le Deuxième Sexe en 1949.Ce livre qui aborde l'infériorité de la femme par rapport à l'homme, emploie beaucoup de point de vue pour étayer ses propos : mythes, religions, anatomie, histoire, … Cet engagement pour la femme est montré du doigt et même mis à l'index par le Vatican. De plus, elle y aborde le sujet de l'avortement qui était encore considéré comme homicide. Simone de Beauvoir ne se mariera pas. Pourtant issue d'un milieu bourgeois, elle refuse les traditions, et celle-ci en particulier car elle trouve cette pratique aussi basse et répugnante que la prostitution. Le mariage est pour elle un signe de soumission à l'homme.

Dans sa lutte en faveur de la femme, elle crée le Manifeste des 343, une pétition française où trois cent quarante-trois femmes signeront, affirmant alors s'être fait avorter, ce qui à l'époque était passible de lourdes sanctions. Cet énorme « coup de gueule » sera suivit également dans d'autres pays, tel que l'Allemagne, où des personnalités comme Romy Schneider signeront.

A la suite des actions de Simone de Beauvoir, deux courants féministes se créent : les « Beauvoiriennes », très attachées à la phrase « On ne naît pas femme, on le devient » qui tentent d'analyser les structures sociales, et les « Différentialistes », qui revendiquent la femme comme un être doué de capacités particulières telles que la sensibilité et la capacité à être mère.

Aujourd'hui encore, même après sa mort, ses écrits restent des références en matière philosophique féministe...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Son engagement féministe >

Dissertation à propos de Le deuxième sexe