Le dindon

par

Crépin Vatelin

Vatelin est l’époux de Lucienne ; il travaille comme avocat. C’est également l’ami et le collègue de Pontagnac, qu’il décrit comme un « pécheur devant l’Éternel » à cause de sa frivolité. Cette déclaration ferait a priori considérer Vatelin comme l’époux parfait, dépourvu de faute. Il en est d’ailleurs ainsi, au début de la pièce : Vatelin, c’est l’anti-Pontagnac. Il est l’époux assidu, parfait, attentionné. Il rentre à la maison auprès de sa femme et malgré ses états d’âme, il écoute ses complaintes, il essaie de la calmer lorsqu’il remarque qu’elle est quelque peu bouleversée à cause de cet homme « mystérieux » qui la suit, et il écoute son récit pour en savoir davantage, non dans le but de la juger mais dans le but de la comprendre. Et en fin de compte, lorsqu’il se rend compte que c’est Pontagnac qui est la cause des soucis de Lucienne, il ordonne à Pontagnac de la respecter : « Vous n’avez plus qu’une chose à faire, c’est de présenter vos excuses à ma femme. » Vatelin semble donc posséder et chérir les valeurs courtoises propres à l’époux, et c’est sans doute cet amour qu’il démontre à Lucienne qui nourrit des sentiments réciproques sincères.

Mais cette image de perfection est très vite brisée lorsqu’on découvre que Vatelin lui-même a eu une maîtresse, Maggy Soldignac, rencontrée lors d’un voyage à Londres, et il justifie cette aventure par sa solitude dans la capitale anglaise, où il était demeuré un mois durant, et la distance qui le séparait de Paris. Contre...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Crépin Vatelin >

Dissertation à propos de Le dindon