Le dindon

par

Le Vaudeville dans Le Dindon

Le Dindon est une pièce sans prétention, elle ne cherche pas à faire passer un message ou à dénoncer un phénomène social. C’est une pièce de théâtre dont la caractéristique principale est le comique. C’est ainsi que les scènes s’enchaînent, les personnages se succèdent en causant l’hilarité par les rebondissements nombreux, inattendus et parfois incongrus et le caractère grivois de la mise en scène.

L’adultère qui est le thème principal ici sert d’élément humoristique et la pièce n’émet aucune forme de jugement clair sur la nature de l’acte ou sur ses conséquences. Il n’y a de place dans le récit que pour le comique et le pathétique. Ainsi, les mensonges, les adultères et les tromperies, par le caractère pathétique de ceux qui les emploient, servent à mettre en relief le ridicule et le comique des situations. Tout ici est dans le mouvement, dans les répliques, dans les situations improbables. Tous ces éléments suffisent par eux-mêmes à justifier la pièce sans avoir besoin de recourir à un but moralisateur ou psychologique.

« À ce moment Maggy, sans se douter que son mari est là, entre carrément en scène. Elle est en robe de chambre, son bonnet à trois pièces sur la tête. En reconnaissant son mari, elle pousse un cri étouffé et se précipite d’où elle vient. Au cri, Soldignac retourne la tête, mais Vatelin, qui a devancé son intention, lui attrape la tête de ses deux mains et la ramène face à lui.

SOLDIGNAC. – Aoh ! What is it ?

VATELIN. – Je vous demande pardon... mais c’est ma femme, elle était dans une tenue, alors... »

Non content...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le Vaudeville dans Le Dindon >

Dissertation à propos de Le dindon