Le dindon

par

Les jeux de langage

Les jeux de langage sont un des outils du comique, le langage est aussi coloré que les scènes, et chaque personnage semble apporter avec lui son registre et sa façon de s’exprimer. Il en résulte un double impact aussi bien à la lecture que lors de l’interprétation qui amplifie l’humour et la force des situations embarrassantes.

« PONTAGNAC, pose sa canne et son chapeau et se lève. – Oh ! Madame, ne me parlez plus de cela. Si vous saviez combien je suis marri.

LUCIENNE. – Avec deux r ! Prononcez bien.

PONTAGNAC. – Avec deux r, oui ! Oh ! Je sais bien qu’avec un r...

LUCIENNE. – Vous l’êtes bien peu. »

 

            Le langage prend donc une dimension toute particulière. Il devient un élément « palpable » de la pièce. Les équivoques, les malentendus, les qui pro quo, les confusions, les interjections et autres servent autant le comique de la pièce que l’embarras où se trouvent les personnages. Il y a en effet plusieurs niveaux de perception qui sont desservis par l’expression des personnages. Les mots qu’ils emploient et leurs interjections deviennent un baromètre particulièrement précis de leur état mental ou de leurs mécontentements ; il ponctue le rythme des scènes et sous-tend la folie des échanges.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Les jeux de langage >

Dissertation à propos de Le dindon