Le Liseur

par

Hanna Schmitz

Au début du roman, Hanna est une femme de trente-six ans,blonde, robuste, peu loquace et discrète. Par l’une des filles des camps, ellesera décrite en ces termes : « Jeune, jolie et sérieuse maiscruelle et coléreuse. »

Elle rencontre Michael par hasard et entame très viteavec lui une relation. Étant jeune étudiant, elle lui demande très vite de luifaire à voix haute la lecture des livres étudiés en classe. Cette lecture entretrès vite dans leur routine et devient un élément indispensable de leurrelation.

Mais Hanna cache de lourds secrets : elle s’estenrôlée en tant que gardienne des camps de concentration dans l’armée SSd’Hitler et elle est analphabète. Lors de son procès, elle est notammentaccusée, avec d’autres femmes, d’être responsable de la mort de plusieursfemmes, enfermées à clef dans une église, où elles ont toutes, ou presque, étébrûlées vives.

Son caractère simple et son effacement font d’elle laproie idéale pour les autres gardiennes, qui la nomment très vite chef desopérations et l’accusent de tous les maux. Elle aurait notamment rédigé unrapport, importante pièce à conviction du procès. Or, de par son illettrisme,cela est impossible ; mais plutôt que de le reconnaître publiquement aprèsdes années à l’avoir caché, Hanna admet les accusations qui sont portées contreelle et écope de la prison à perpétuité.

La jeune femme préfère donc avouer des crimes affreuxplutôt que d’admettre qu’elle ne sait ni lire ni écrire. Il est vrai quel’alphabétisation est aujourd’hui considérée comme obligatoire et indispensableà tout être, sans quoi celui-ci n’est pas vraiment considéré comme un êtrepensant.

Après avoir purgé sa peine, Hanna ne considérera plus savie comme en valant la peine et elle se suicidera, ne laissant qu’un petit motpour Michael et une belle somme d’argent à donner à l’une des rescapée du camp,sans pour autant chercher à obtenir un quelconque pardon pour ses erreurs.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Hanna Schmitz >