Le Liseur

par

L'illettrisme : une cause de honte

Pour un bon nombre d’individus, l’illettrisme est unehonte. Il est vécu comme un manque d’intelligence, une incapacitéd’apprentissage. Et ce manque exige la présence permanente d’un tiers pouraider : l’autonomie n’est pas envisageable. Montrer que l’on ne sait nilire ni écrire, c’est avouer une grande faiblesse, se mettre à nu. Hanna, quiest forte, fière et qui n’a besoin de personne pour la plupart des tâcheséprouve beaucoup de difficulté à vivre avec ce « handicap ». Il estabsolument impensable de l’avouer à qui que ce soit, même si sa vie devait êtreen danger. La honte est si grande, si profondément ancrée en elle, quel’admettre s’apparenterait tout simplement à la mort. À l’occasion de sonprocès, son illettrisme sera la cause de sa perte. Admettre ce handicap luisauverait la vie : cela annulerait l’idée qu’elle est l’auteur du rapportdont on l’accuse et lui permettrait de réduire sa peine d’emprisonnement àseulement quelques années. Mais la honte la submerge ; alors qu’elle adevant elle la possibilité d’avouer son illettrisme, elle repousse l’idée et acceptetous les torts qui lui sont donnés : « Un procureur proposa defaire comparer par un expert graphologue l’écriture du rapport et celle del’accusée Schmitz […] Hanna écoutait d’un air de plus en plus inquiet. Puiselle dit : Inutile d’aller cherche un expert. Je reconnais que c’est moiqui ai écrit le rapport.».

Une fois sa peine de prison terminée, Hanna aurait pugoûter enfin à la liberté. Elle avait par ailleurs commencé à savoir écrire etlire quelques mots après de nombreuses années de labeur. Mais son passéresurgi, son illettrisme en parti dévoilé et l’idée qu’il lui faudra encorevivre des années avec tout ces poids sur la conscience sont de trop : ellepréfère en finir, quitter la vie, en faisant un dernier geste pour ceux qu’ellea maltraités.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur L'illettrisme : une cause de honte >