Le meilleur des mondes

par

Helmholtz Watson

Helmholtz est le type original du Alpha Plus : il est beau, grand, sportif, performant dans tous les domaines. Il incarne la perfection dont sont dotés dès la naissance les individus de la caste supérieure. Mais cette perfection et sa réussite ne le satisfont pas : sa grande intelligence est pour lui la cause de son malheur et de son mauvais conditionnement : il se sent trop supérieur pour ce monde, qu’il trouve fade et sans attrait. De cela résulte aussi une impression de vide, d’inaccomplissement. Il va choisir d’aider John, et finira par entrer en opposition avec les dirigeants, critiquant l’absence de sentiments dans le monde artificiel qu’ils ont encouragé.

Lui aussi incarne la déviance et l’inadaptation sociale, mais à l’inverse de Bernard, c’est sa perfection qui en est la cause : « Ce que ces deux hommes avaient en commun, c’est la connaissance d’être des individus. » À la fin du livre, comme Bernard, il est exclu de la société, mais aux Îles Falklands, pour ses pensées trop poussées sur le manque de sentiments réels et profonds au sein de leur société.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Helmholtz Watson >

Dissertation à propos de Le meilleur des mondes