Le portrait de Dorian Gray

par

La nature superficielle de la société

Comme nous l’avons vu, les personnages de l’œuvre sont tous issus de l’aristocratie, d’une société fondée sur le paraître et la superficialité. Nous pouvons noter que le premier objet de désir de Dorian est Sybil Vane elle-même, Sybil qui exerce la profession d’actrice, et donc de joueuse de rôles. Dorian tombe amoureux d’elle (bien qu’il est permis de douter de la véracité de cet amour) alors qu’il ne l’a vue que sous le beau masque de sa profession ; or, lorsqu’elle interprète son rôle horriblement mal, il pense que son amour était une autre façade, comme le rôle de sa bien-aimée qu’il pensait bien interprété. Réalisant qu’elle n’est en fait qu’une femme comme les autres, n’ayant rien en soi de si exceptionnel, il l’abandonne froidement.

De plus, dans cette société basée sur les apparences, nul – hormis la rumeur – ne remarque les méfaits de Dorian Gray. Dissimulé sous le masque de son éternelle jeunesse, il demeure à l’abri de tout soupçon, et ce ne sont que des murmures qui médisent sur son comportement dévoyé. C’est également le cas pour Henry Wotton : influent, éloquent, croulant sous le luxe d’une vie d’esthète décadent, personne ne le réprimande pour ses propos amoraux, par exemple ceux relatifs aux femmes et à leur prétendue condition bien inférieure à celle de l’homme.

Inscrivez-vous pour continuer à lire La nature superficielle de la société >

Dissertation à propos de Le portrait de Dorian Gray