Le portrait de Dorian Gray

par

La suprématie de la jeunesse de la beauté

Le Portrait de Dorian Gray a été publié en 1891, période qui correspond au mouvement littéraire dit « fin de siècle », caractérisé par une tendance à l’esthétisme, donnant lieu à la recherche d’une perfection physique, dans les mœurs et les pensées. Il se double d’un courant dit décadentiste, qui prône une conduite amorale, dénuée de toute croyance et de toute valeur, excepté celle d’une vie faite de plaisirs et de réalisation du moindre de ses désirs. Une grande importance est accordée au bon goût ; ainsi s’attache-t-on à définir ce qui vaut la peine d’être admiré et ce qui ne la vaut pas.

On retrouve d'abord ce courant dans l’œuvre d’Oscar Wilde au travers des paroles de Lord Henry qui prône la beauté et la jeunesse, affirmant que ces deux caractéristiques sont les deux seuls éléments qui ont de la valeur sur cette terre. Les personnages, d’abord Lord Henry puis Dorian Gray, vivent dans un luxe foisonnant et n’ont de cesse de s’intéresser à tout ce qui a trait à la beauté et au plaisir délicat. Leur vie est rythmée par les repas fins et les spectacles, mais ils trouvent également leur bonheur dans des plaisirs moins moraux, comme l’ivresse procurée par l’opium et le bon vin. Ce comportement s’adjoint à un fétichisme autour de la jeunesse, à laquelle il faut s’attacher désespérément en s’entourant de beaux objets et de belles personnes censées irradier la beauté qu'on ne possède plus. Pour...

Inscrivez-vous pour continuer à lire La suprématie de la jeunesse de la beauté >

Dissertation à propos de Le portrait de Dorian Gray