Le Roi se meurt

par

Le roi Bérenger Ier

Il est le personnage principal de la pièce. Àla tête d’un empire qui dépérit en même temps que lui, le monarque, trop âgé,n’en a plus que pour une heure et demie à vivre, le temps que va durer lapièce.

Présenté au début de la pièce comme refusantd’admettre sa mort prochaine, l’homme tente de conserver une apparencesouveraine et digne de son rang. En effet, c’est en grande pompe qu’on le voittout d’abord apparaître, vêtu d’un long manteau pourpre, paradant dans la salledu trône escorté par ses deux épouses. Le monarque refuse obstinément de croireà la ruine de son royaume, qui va cependant de pair avec son état de santé. Misdevant l’évidence du fait accompli, il demeure incapable de reconnaître sonincapacité évidente à gouverner et à maintenir à flot son domaine. L’entêtementle pousse même à renier le diagnostic des médecins et des chercheurs qui luiaffirment pourtant sa fin prochaine.

Le roi est donc représentatif d’un refus bornéde mourir, d’une incapacité totale à accepter l’évidence d’une mort due augrand âge et à sa dégénérescence. Il est donc le symbole puéril de celui quiferme les yeux face à un destin naturel, qui se produira en dépit de savolonté. Sa confusion devant cette incapacité à contrôler cet évènement sereflète dans ses paroles, lorsqu’il affirme qu’il ne mourra pas car il n’a pasencore choisi sa fin :

« LEROI : Je mourrai, oui, je mourrai. Dans quarante ans, dans cinquante ans,dans trois cents ans. Plus tard. Quand je voudrai, quand j’aurai le temps,quand je déciderai. »

Ainsi, il devra accomplir une sorte de parcoursinitiatique pour finalement accepter cette mort, ne plus la considérer commeune ennemie et s’en aller en paix.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le roi Bérenger Ier >