Le Roi se meurt

par

Marguerite

Marguerite est la première femme du roi, lavéritable souveraine du royaume. Elle n’est pas cependant la plus chérie :la dénomination que donne le garde à Marie, « premièredans son cœur », ne s’applique qu’à elle et elle seule, et n’inclutpas Marguerite dans ce titre.

Si l’affection du roi pour celle-ci est moindre,c’est sans doute du fait de la présence d’esprit et de la lucidité dont faitpreuve la première reine. Beaucoup moins apprêtée, moins portée sur l’apparenceet ne faisant pas fi de tout problème, Marguerite sait se confronter aux ennuisdu royaume. Ainsi, lorsqu’elle assiste à la décadence du roi, elle convoque àson chevet son médecin personnel, qui fait également office de « chirurgien, bactériologue, bourreauet astrologue à la Cour ». Elle connaît donc les ressources dont leroi dispose, sait comment utiliser les services mis à sa disposition, commandeet règne sur le palais dans l’espoir de redonner à celui-ci un peu de tenue.Elle s’attache à garder une image digne du royaume quand il s’effondre, sanspour autant tomber dans une logique de maquillage et de paraître.

Ainsi, le roi refuse de l’écouter lorsqu’ellelui expose le désastre de la situation actuelle. Elle peut paraître froide,cruelle, n’écoutant pas le désir du roi de vouloir demeurer encore un peu envie. Cependant, malgré ce manque apparent d’assistance, c’est en réalité unservice qu’elle lui rend en ne lui laissant pas bénéficier de la surprotectiondonnée par Marie. En effet, sa lucidité lui permet petit à petit d’aider le roià se résigner.

Ainsi, Marguerite incarne la raison, l’espritcartésien. Malgré son manque de sentiments apparent, elle est en fait une aideprécieuse au roi et fait preuve de tempérance en sachant dissocier sentimentspersonnels et raison d’État.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Marguerite >