Le Roman comique

par

Le théâtre : un roman de comédie

Paul Scarron avait un profil d'écrivain plutôt atypique pour son époque. Si dès le XVIIe siècle, des auteurs tels que Jean de La Fontaine ou Molière ont pu se moquer à diverses reprises des précieuses et du style précieux, symbole de la mode de la préciosité qui dominait la Cour royale à l'époque, Scarron prenait déjà dans les années 1650 le contre-pied total de ce type d'écriture. Il était en effet totalement à l'opposé du genre de littérature tel que représenté par La Princesse de Clèves (1678). Il rejette donc le style sublime, les passages héroïques ou les personnages nobles et d'un courage chevaleresque. Ce rejet se fait aussi au sujet des décors trop parfaits et des relations stéréotypées des personnages. Par le biais d'un style direct, simple et satirique, Scarron rend hommage aux troupes de théâtre de son siècle, à cette forme d'art nomade, en soulignant dès les premiers chapitres son attention portée au comique : « troupe comique, bagage comique, habit comique ».

Théophile Gautier lui rendra un hommage appuyé, reconnaissant le fait que Scarron tranchait dans le paysage littéraire de son temps : « Du temps de Louis XIII, il régnait en littérature un goût aventureux, une audace, une verve bouffonne, une allure cavalière tout à fait en harmonie avec les mœurs raffinées. Paul Scarron est en quelque sorte l'Homère de cette école bouffonne, celui qui résume et personnifie le genre ».

Autre trait rapprochant le roman du théâtre, le lecteur est informé de tout sur les personnages, et sait tout, comme s'il était spectateur d'une représentation, mais cela n'empêche pas les combines, les...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Le théâtre : un roman de comédie >

Dissertation à propos de Le Roman comique