Le Roman de la momie

par

Les références bibliques

Le Roman de la momie mêle ingénieusement mystère antique, adulation de la femmeet véracité historique à une dimension biblique non négligeable. Celle-cin’apparaît clairement qu’à la fin du roman, lorsque le peuple hébreu se soulèvecontre son tyran, le pharaon d’Égypte. Mosché, qui figure Moïse, guide lepeuple hébreu dans sa libération. Gautier le décrit comme un patriarche, âgécertes mais persuasif, généreux et confiant en son peuple – « La majesté de l’âge équivalait chezlui à la majesté royale ; quoiqu’il eût quatre-vingts ans, il semblait d’unevigueur toute virile, et rien en lui ne trahissait les décadences de lasénilité ». Les joutes magiques auxquelles se livrent alors le pharaonet Mosché font se confronter leurs deux religions : l’une monothéiste,l’autre polythéiste. Ne parvenant pas à trouver un terrain d’entente, Moschédéchaîne les célèbres douze plaies d’Égypte sur le pays, dont l’effroyableépisode des portes marquées d’une croix rouge : chaque demeure qui neporte pas cette inscription se verra frappée par un sort terrible, la mort dudernier-né sous son toit. Le pharaon est directement touché et voit son pouvoirtout-puissant flancher ; c’est d’ailleurs cette plaie qui va le décider àaccorder sa liberté au peuple hébreu, et lui valoir au passage l’amour deTahoser.

Nousretrouvons également dans le passage de la mer Rouge une référence biblique quiva aussi devenir prétexte à la libération de Tahoser en tant qu’épouse. Eneffet, alors que le pharaon regrette sa décision de libérer les Juifs, ilenvoie sa flotte leur barrer la route. Ceci signe son arrêt de mort, puisqueMosché ouvre la mer en deux devant son peuple, avant de faire déferler les eauxsur les navires égyptiens.

Gautierimprègne donc l’histoire de Tahoser d’une dimension biblique non négligeable,qui permet d’ancrer le récit dans une continuité temporelle aux épisodes connus,une mythologie plus connue du lecteur que celle propre au folklore égyptien.

« “Prends ton bâton et étends lamain sur les eaux des Égyptiens, sur leurs rivières, leurs fleuves, leurs lacset leurs rassemblements d’eau ; qu’ils deviennent du sang ; il y aura du sangdans tout le pays d’Égypte, ainsi que dans les vases de bois et de pierre”.Aharon brandit sa verge et en frappa l’eau du fleuve. »

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Les références bibliques >