Le soleil des Scorta

par

Résumé

C'est à l'heure la plus chaude d'une journée d'août 1875 que Luciano Mascalzone chemine vers Montepuccio, minuscule village de pêcheurs niché sur la côte des Pouilles. L'homme est un traîne-savate, un vaurien qui, quinze ans auparavant, s'est entiché d'une jeune fille du village, Filomena Biscotti. Ces quinze années, il les a passées en prison, à rêver au jour où il reviendrait à Montepuccio et posséderait le corps de la belle. Il sait que les hommes du village le tueront mais qu'importe : il aura eu sa vengeance sur le village qui le méprisait et sur sa vie ratée. Il frappe à la porte de la maison Biscotti, une femme d’environ quarante ans lui ouvre. Il reconnaît en elle l'objet de son obsession, entre et prend possession de la femme, qui ne résiste pas. Quand il regagne la ruelle, les villageois, qui ont quitté la fraîcheur de leurs demeures, constatent avec stupéfaction son retour : les insultes et les malédictions pleuvent. Les hommes lui barrent le passage, une pierre vole et le touche, puis une autre. Luciano va mourir lapidé, le sourire aux lèvres : il quittera en effet ce monde vengé. Surgit alors le curé, don Giorgio, qui fait cesser la pluie de pierres, mais il est trop tard : Luciano Mascalzone meurt, non sans avoir appris, avant de rendre son dernier souffle, que Filomena est morte il y a bien des années et que c'est avec sa sœur Immacolata qu'il a assouvi son désir.

Neuf mois plus tard, un enfant naît de cette union étrange ; la mère meurt quelques jours après l'accouchement. Pour les habitants de Montepuccio, il serait normal de rendre à Dieu la...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de Le soleil des Scorta