Le soleil des Scorta

par

Une malédiction dès les origines

La malédiction est un thème récurrent dans le roman, la famille va jouer de malchance tout le long du roman. En effet dès le départ on est plongé dans cette malédiction, qui suivra tout le long de l’œuvre les personnages qui tenteront tant bien que mal de s’en dépêtrer. Le fait est que, la lignée trouve ses origines dans un viol, commis par un brigand sur une femme sans défense, par erreur qui plus est. Le contexte est le suivant : en 1875 : Luciano Mascalzone (un criminel connu) retourne au petit village de Montepuccio, après avoir passé une quinzaine d'années en prison. Avant d'être condamné à la prison, il était tombé amoureux d'une jeune femme Filomena Biscotti. Il en a rêvé pendant qu'il purgeait sa peine, c'est ainsi qu'en sortant de prison il a décidé de la retrouver afin d'en faire sa femme. Il éprouve un désir incontrôlable à son égard, il n'a rêvé que de cela quinze années durant. Il retourne alors à son village en espérant l'y trouver, et se présente dans ce qu'il se souvient être sa maison à l'époque. Malheureusement pour lui, ce n'est pas Filomena Biscotti qui lui ouvre la porte de la maison familiale, mais une autre jeune femme avec qui il la confond, étant totalement incapable de la reconnaître quinze après. Cette confusion est normale : cette femme n'est autre qu'Immacolata Biscotti, la sœur de Filomena, décédée depuis un bon moment. Cette dernière s'abandonne sans résistance à lui. Il est intéressant de noter le prénom de cette jeune femme, signifiant '' immaculé '' (la pureté) alors qu'elle va être salie par un criminel. Le destin de ce criminel est scellé. Les habitants du village ont vent de ce qu’ils considèrent comme un viol et le lapident à mort pour le punir. Ils ne voulaient pas à la base qu’il revienne au village, ils décident de s’en débarrasser. Don Giorgio, le prêtre de Montepuccio essaiera en vain de le soigner de ses blessures, tandis qu'Immacolata, tombée enceinte attend un enfant et est '' vieille fille '', c'est à dire qu'elle ne trouvera personne pour vivre, ni l'élever.

Le premier de cette lignée sera Rocco, qui est ainsi né du viol d’Immacolata par Luciano Mascalzone, cet ‘’ accouplement contre nature ‘’ se révèlera déterminant pour son propre destin, et partant, pour celui de sa famille, dès l’enfance de Rocco. En effet, le prêtre du village va l’envoyer dans un village voisin, un village de pêcheurs, pour éviter que l’enfant ne soit tué à la première occasion par les habitants du village qui sont toujours profondément outrés par cette naissance, cette vie qui n’a pas lieu d’être, un rejeton de ce criminel si dégoûtant. Rocco sera alors élevé par un couple de pêcheurs dans le village de San Giocondo. Le nom de la famille qui le recueille est les Scorta, ce qui justifie le titre du roman (le soleil étant relatif à la région des Pouilles en Italie du Sud où le soleil est forcément très présent), qui traite de la lignée familiale, abandonnant ainsi le nom de son géniteur Mascalzone. Rocco est donc le premier des Scorta en tant qu’enfant adopté, le premier des Scorta de la lignée qui est dépeinte ici, et comme pour confirmer les mauvaises prédispositions de la part de son père, il deviendra lui aussi un brigand de grand chemin, un criminel, amassant une certaine fortune par les délits, les vols, la menace et la violence ; d’ailleurs dans la région où il sème la terreur, la population le décrit comme étant le diable. La lignée et la malédiction se poursuivent. Rocco sait qu’il n’est pas bien né, et le dit ‘’ Je suis fou, une bête qui n’aurait pas dû naître”. “Je suis né d’un cadavre et d’une vieille”. “Dieu s’est moqué de moi”

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Une malédiction dès les origines >