Le vieux qui lisait des romans d'amour

par

Résumé

Le récit commence sur le quai d’El Idilio, un petit village équatorien situé non loin de la forêt amazonienne, et dont les habitants, rejoints par quelques aventuriers, attendent de bénéficier des soins du dentiste, le docteur Rubincondo Loachamin, connu pour sa haine du gouvernement. Pendant ce temps, l’équipage d’un bateau, Le Sucre, qui approvisionne le village en denrées, s’affaire. Parmi les hommes rassemblés autour de la consultation, seuls les Jivaros, des indigènes rejetés par le peuple des Indiens shuars, gardent le sourire. À la fin de la consultation, le dentiste retrouve le vieux Antonio José Bolivar Proaño. Celui-ci lui rappelle le souvenir d’un homme de Manta qui s’était fait arracher toutes les dents pour gagner un pari. La discussion des deux hommes est interrompue par la découverte d’un mort.

Le représentant du pouvoir en ces lieux, le maire d’El Idilio, est un personnage obèse qui passe son temps à consommer de la bière et à transpirer. Arrivé au village sept ans auparavant, son arrogance et de sa manie injustifiée de lever des impôts lui ont gagné le mépris des habitants. Venu observer le mort, il soupçonne très vite les Indiens shuars d’avoir abattu la victime à coups de machette. Le vieux Antonio José Bolivar intervient pour noter que le cadavre sent la « pisse de chat », avant d’en conclure que l’homme a été tué par une femelle d’ocelot. La découverte de petites peaux d’ocelot dans les affaires du mort finit par donner raison au vieux qui détaille le fil des événements au...

Inscrivez-vous pour continuer à lire Résumé >

Dissertation à propos de Le vieux qui lisait des romans d'amour