Le Visiteur

par

Le Visiteur

Cethomme étrange entre dans le cabinet de Freud par la fenêtre, sans la moindreexplication. Il se présente comme un homme élégant, un « dandy », avec gants,cape et chapeau. L’auteur le veut mystérieux, intriguant : « Sa venue doit sembler à la fois naturelle et mystérieuse. » Ilsemble être un homme sympathique mais las de sa vie ; il s’ennuie.

Sonidentité réelle ne nous est jamais révélée : il est tour à tour une copie deFreud (il peut réciter ses propres pensées), un fou évadé nommé Walter Oberseit,puis tout simplement Dieu. Le lecteur aurait tendance à croire en cettedernière identité et pourtant, le doute plane encore car rien ne prouve cette hypothèse: bien qu’il semble être capable de se dissimuler à la perfection, il n’enrepart pas moins en se tenant à la gouttière. La balle de Freud ne le touchantpas, le mystère reste entier quant à sa nature humaine ou divine.

LeVisiteur est là pour amener Freud, et par conséquent le lecteur, à réfléchir àl’existence d’une entité supérieure, et aux raisons qui nous poussent à refuserd’y croire ; on nous laisse aussi supposer que cette croyance n’est peut-êtrequ’une vaste supercherie. C’est donc une pièce aux réflexions philosophiquesque nous livre ici Schmitt.

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Le Visiteur >