Le Visiteur

par

Résumé

Le Visiteur est uneœuvre d’Éric-Emmanuel Schmitt dont le thème principal est l’existence de Dieu.Il y confronte la science à la foi. À travers cette pièce, l’auteur évoque lamontée du nazisme à Vienne en 1938. L’histoire tourne autour de la rencontre dudocteur Freud avec un inconnu dans son bureau.

Ledocteur Sigmund Freud ne veut pas quitter le pays alors que les troupesd’Hitler envahissent l’Autriche. Il refuse de signer le laissez-passer qui luipermettrait de fuir avec sa famille puisque pour lui : « Ce papier est infâme » (scène1).

Le soirdu 22 avril 1938, la fille du docteur, Anna, vient dans le bureau de son pèreet tente de le convaincre de quitter l’Autriche : « Signe le papier, papa, que nous puissions partir ! » (scène2). Désespérée par le refus catégorique et le silence de Freud, Anna décide deprovoquer les soldats de la Gestapo lorsque ces derniers envahissent à nouveauleur appartement. Elle les insulte en leur disant : « Décampez, et dites à vos sales bonshommes de ne pas traînerleurs fusils par terre comme la dernière fois » (scène 2). Ainsi, Annase fait arrêter. Face à cette situation inquiétante, Freud se dispose à signerle papier mais après une courte réflexion, il refuse catégoriquement.

C’est àce moment-là qu’un inconnu en frac entre par la fenêtre de son bureau du 19Berggasse. Cet homme refuse de révéler son identité même si le docteur luidemande : « Qui êtes-vous ? Quevoulez-vous ? » (scène 4) Il se contente de répondre àFreud : « Vous ne me croiriezpas ». L’homme prétend être malade et avoir besoin de soins. Ledocteur accepte alors de le traiter par une séance de psychanalyse.

Freudcommence à poser de nombreuses questions à son patient mais ce dernier luirépond toujours de manière évasive et refuse de répondre à certaines.N’arrivant pas à tirer plus d’informations de l’individu, Freud luisuggère : « Bon, changeons deméthode. Racontez- moi un rêve… votre dernier rêve » (scène 4). L’inconnu accepte et à l’étonnement dudocteur, il commence à raconter la vie de Freud et révèle même l’avenir deFreud en précisant entre autres : « Dans quelques mois, tu publieras ton Moïse » (scène 4). Intrigué, Freud décide de changer deméthode de soin et propose à son patient d’utiliser l’hypnose. Le visiteur selaisse faire et continue toujours de répondre d’une manière étrange même s’ilest déjà hypnotisé. Il donne de nombreuses indications relatives au futurproche du docteur. De plus en plus étonné, Freud lui demande quand il quitterala terre. Juste au moment de répondre : « Le 23 sept… » (scène 4), l’inconnu se réveille brusquement.

L’inconnului parle même de l’endroit où se trouve Anna : « Elle est à la Gestapo, hôtel Métropole » (scène 6).L’inconnu prétend qu’il est Dieu, mais Freud ne le croit pas et affirme : « si Dieu existait, ce serait un Dieumenteur » (scène 8).

Lepsychanalyste décide par conséquent de rechercher la vérité par une démarcheempirique et lance à son patient : « Sivous êtes Dieu, prouvez-le ! Je ne crois que ce que je vois » (scène8). L’homme « fou » pose àson tour une question, il veut savoir pourquoi le docteur ne croit pas en Dieu.Celui-ci répond violemment :« Je ne crois pas en Dieu parce que tout en moi est disposé àcroire ! » (scène 8). Àpartir de là, une longue discussion a lieu et l’inconnu qui prétend être Dieuessaie de convaincre Freud de se remettre en question et de changer sa manièrede voir les choses : « Méfiez-vousdes explications superficielles, elles sont souvent vraies » (scène10). Il lui donne également des conseils : « Vous prendrez bien un peu de recul ? » (scène 16) etl’incite à quitter le pays : « DocteurFreud, vous allez partir. Emmenez le plus de gens possible avec vous. Sauvez-les… »(scène 16).

Un nazivient annoncer qu’Anna était en lieu sûr et elle revient au bureau de son père.L’inconnu fuit alors par la fenêtre alors qu’il n’a pas encore réussi àconvaincre Freud de croire à l’existence de Dieu, c’est-à-dire à son existenceà lui. Après une longue réflexion et content du retour de sa fille, Freuddécide de sauver sa famille et de quitter l’Autriche pour de bon. Il recherchealors à nouveau le papier nécessaire à ces démarches et annonce à sa fille :« Nous allons partir » (scène17) ; il signe enfin le laissez-passer.

La piècenous laisse avec cette question : le visiteur était-il vraiment Dieu oùn’était-ce qu’un fou ?

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Résumé >