Le Voyageur sans bagage

par

Georges Renaud

C’est le frère présumé de Gaston (Jacques). Il avaitbeaucoup d’affection pour lui, comme il le confesse : « enfin, surtout, moi, je t’aimais bien. » Il est ému de voirson frère de retour, bien que Gaston semble ne pas se rappeler de lui.

Lorsqu’il rappelle à Gaston divers évènements pour luifaire retrouver la mémoire, il essaie d’éviter de lui parler de Valentine, caril souffre toujours secrètement du fait qu’elle aimait Jacques plus que lui.

Georges reconnaît tout le mal que son frère cadet acommis, mais ne le juge pas pour autant : « même si c’était un assassin, il fait partie de la famille, saplace est dans la famille. » Sans doute, son acceptation aussi faciledu retour de son frère a quelque chose à voir avec les sentiments deculpabilité que Georges ressent. En effet, il pense que sa mère et lui ont leurpart de responsabilité dans la manière dont Jacques a grandi et la personnequ’il est devenu. C’est ainsi qu’il essaie de regagner le cœur de son frère enexprimant son regret : « Tu astoujours été si petit pour tout […] pour la dureté de maman, pour mafaiblesse à moi aussi, pour ma maladresse. Cet orgueil, cette violence contrelesquels tu te débattais déjà à deux ans, c’étaient des monstres dont tu étaisinnocent et dont c’était à nous de te sauver. Non seulement nous n’avons pas sule faire, mais encore nous t’avons accusé ; nous t’avons laissé partirtout seul pour le front… »

Ainsi, en reconnaissant sa faute, Georges essaiede reconquérir ce rôle de grand frère qu’il n’a pas su jouer lorsque Jacques(Gaston) avait le plus besoin de lui. 

Inscrivez-vous pour trouver des essaia sur Georges Renaud >