Les Amours

par

L’amour et ses aléas

Dans son recueil, Ronsard nous dévoile les sentiments et tout ce qui est lié à la passion amoureuse. Il y a différentes étapes ou différents états liés à l’amour. Il nous présente d’abord « l’amour passion », il peut être irrationnel, source de déception parfois. Ronsard ne semble pas être capable d'aimer de manière raisonnable : en effet, quand il aime une femme, c'est toujours avec force, il est exalté par ses sentiments et se laisse envahir. Dans Derniers vers, il poursuit cette idée de l'amour exprimé dans la violence et les sentiments puissants, parfois jusqu'à l'excès. Les thèmes du feu, de la mort sont présents. Ici, l'amour est encore une fois inconditionnel et très douloureux , on peut le voir à travers des termes comme « brandon », « les moelles en flammes » ou encore « le feu me brûle ». Face à l'amour, l'auteur se dit faible : il cède à ses caprices, s'agenouille devant toutes ses folies et tolère toutes les souffrances (« Si doux son feu, si doux l'or de ses nœuds, qu'en leurs filets encore je m'oublie »). Il dresse toujours un éloge très flatteur de ses femmes ou maîtresses, narrant la beauté de leur corps entier, détaillant chaque partie du corps comme si c’était un trésor. C’est comme s’il voulait célébrer, avec des mots, chacune des parcelles auxquelles il a - ou souhaiterait - avoir accès. Dans ses poèmes, il semble toujours avoir trouvé la femme idéale, incarnation d'une divinité ancienne (souvent Vénus), femme qu'il oublie finalement bien vite puisque ses objets d'amours sont changeants.

Il reste cependant assez rare que les amours de Ronsard...

Inscrivez-vous pour continuer à lire L’amour et ses aléas >

Dissertation à propos de Les Amours