Les caves du Vatican

par

Marguerite de Baraglioul

Epouse de Julius, acariâtre mais pieuse. C’est l’opposé de Véronique. Elle semble impossible à satisfaire même si c’est une épouse aimante. Elle veut souffrir, contrairement à sa sœur « la différence entre le caractère des deux sœurs. L'âme de Marguerite est taillée dans cette étoffe admirable dont Dieu fait proprement ses martyrs. … Elle se pique à voir sa sœur savoir en profiter si peu; Véronique, en effet, se dérobe aux griefs; sur son indéfectible onction souriante tout glisse, sarcasme, moquerie — et sans doute elle a pris son parti depuis longtemps de l'isolement de sa vie » (P. 14). Elle essaie tant bien que mal de réconforter son mari quand celui-ci désespère d’entrer à l’Académie. Elle lui rappelle que la patience est la clé de la réussite lorsque vers la fin de l’œuvre lui apprend que son dessein le plus cher est sur le point de se réaliser.

Inscrivez-vous pour continuer à lire Marguerite de Baraglioul >

Dissertation à propos de Les caves du Vatican