Les chutes

par

Accès complet et GRATUIT à cette fiche de lecture pour nos membres.

Joyce Carol Oates

Joyce Carol Oates est une
écrivaine américaine née à Lockport (État de New York) en 1938, d’un père dessinateur industriel et d’une mère femme au
foyer. Elle est éduquée dans le catholicisme et connaît une enfance heureuse au
sein de la communauté d’employés agricoles de Millersport (État de New York). Elle
lit beaucoup dès son jeune âge et se souvient d’Alice au Pays des Merveilles,
livre offert par sa grand-mère Blanche dont elle était très proche, comme le
trésor de son enfance et sa plus profonde influence littéraire. Jeune
adolescente déjà elle lit abondamment les sœurs Brontë, Dostoïevski, Faulkner,
Hemingway, et surtout Henry David Thoreau,
qui l’impressionne beaucoup. Elle confirmera plus tard l’influence de tous ces
auteurs sur ses œuvres. C’est à nouveau sa grand-mère qui fait le lien entre la
littérature et elle, mais cette fois sur le versant de l’écriture, en lui
offrant une machine à écrire à ses 14 ans, cadeau qui signe le début de
ses activités d’écrivaine.

Elle étudie jusqu’en 1956 à
Williamsville South High School, un lycée de la banlieue de Chicago (État de
New York), où elle participait au journal publié par l’établissement. Elle est
la première de sa famille à terminer le lycée. Elle étudie ensuite à
l’université de Syracuse (État de New York). Elle s’entraîne à écrire en
produisant roman sur roman ; elle fait peu de cas de ces premières œuvres
et s’en débarrasse à peine achevées. Les influences de Kafka, D. H. Lawrence,
Thomas Mann et Flannery O’Connor remontent à cette période de sa vie. Elle
remporte un concours de nouvelles à dix-neuf ans et trois plus tard obtient son
diplôme d’Anglais en terminant major de sa promotion. Elle obtient sa maîtrise ès arts à l’université du
Wisconsin à Madison en 1961. C’est alors qu’elle est doctorante à l’université
Rice (Texas) qu’elle décide de se consacrer entièrement à l’écriture.

 

Dès 1963, Joyce Carol Oates publie un recueil de nouvelles, By the North Gate, après avoir été
remarquée par la directrice de la maison d’édition Vanguard Press. Son premier roman, With Shuddering Fall, qui
raconte une histoire d’amour catastrophique, paraît en 1964 alors qu’elle a 26
ans. Elle publie en 1966 une nouvelle dédiée à Bob Dylan, Where Are You Going, Where Have
You Been?
(« Où vas-tu,
où étais-tu ? »), inspirée du tueur en série Charles Schmid, autour
d’une jeune fille de 15 ans, Connie, de ses fréquentations masculines, jusqu’au
jour où elle rencontre un étranger bien plus âgé qu’elle. La nouvelle s’arrête
alors qu’elle monte dans sa voiture. La nouvelle In a Region of Ice paru
en 1966 dans The Atlantic Monthly,
inspirée d’un fait réel, met en scène un jeune étudiant juif, particulièrement
doué, qui se rebelle contre son éducation et la société bien établie de ses
parents. Oates décrit sa dépression jusqu’au suicide collectif auquel il
participe. La nouvelle lui vaut le premier de ses deux O. Henry Awards.

Son quatrième roman, Eux (Them), troisième tome de la série de romans dite du Wonderland
Quartet
, paru en 1969, est lui récompensé d’un National Book Award, prix pour lequel elle cumule les nominations. La
série chronique les vies tumultueuses des membres d’une famille habitant les
quartiers pauvres de Détroit, des années 1930 et de la Grande Dépression
jusqu’aux émeutes raciales de 1967. Fidèle à sa méthode d’écriture, Oates
s’inspire de faits réels glanés alors qu’elle enseignait à Détroit, notamment
via une étudiante qui lui avait écrit une lettre où elle se permettait de
critiquer sa façon d’aborder la littérature, et où elle expliquait ses
difficultés à étudier et la complexité de sa vie. Eux commence en 1937 et se focalise sur une adolescente pleine
d’espoir, Loretta, qui au fil des
années et des naissances de ses quatre enfants va peu à peu perdre ses
illusions ; puis sur le destin de ses deux aînés, Jules et Maureen, qui
comptent poursuivre des études pour échapper au cercle de la misère. Le roman
montre la difficulté à évoluer socialement
dans cette Amérique, particulièrement pour les femmes.

À partir de là Joyce Carol Oates publie une
moyenne de deux livres par an, dont
les thèmes récurrents tournent autour de la pauvreté rurale, des tensions
entre les classes sociales
, du pouvoir,
de l’enfance et de l’adolescence, surtout féminines, des agressions sexuelles, et son œuvre aborde parfois le domaine du surnaturel, notamment dans ses récits
gothiques et d’horreur du début des années 1980, période où elle dira s’être
sentie proche de Kafka et de James Joyce. La violence est omniprésente dans son œuvre, comme dans Because
It Is Bitter, and Because It Is My Heart
(1990) – roman distingué par
un nouveau National Book Award – qui mêle les thèmes fétiches de l’auteure à
travers l’histoire d’Iris Courtney, une jeune fille de Hammond (État de New
York) et de Jinx Fairchild, un de ses amis noirs, liés par le meurtre qu’ils
ont commis ensemble dans un geste de défense. Cette trame première est prétexte
à entrelacer l’histoire de deux familles et à mener une réflexion autour des
problèmes posés par les différences de
classe sociale
et de couleur de peau.
C’est d’ailleurs la réalité sociale de
son pays
qui semble intéresser le plus l’écrivaine, au-delà des mythes américains qu’elle exploite dans
plusieurs de ses œuvres, comme les tueurs en série ou le star system.

Son roman Nous étions les Mulvaney (We
Were the Mulvaneys
), publié en 1996, lui fait accéder à un très large
lectorat lorsque l’œuvre est choisie par le club de lecture d’Oprah Winfrey en
2001. Le roman raconte l’histoire de la famille Mulvaney qui vit dans une
région rurale de l’État de New York à la fin du XXe siècle.
Prospère, la famille, très soucieuse de son statut social, apparaît toujours
comme parfaite, jusqu’à un incident qui amorce sa désintégration, en l’espèce
le viol d’une des quatre enfants Mulvaney, Marianne, par le fils d’un ami de
Mr. Mulvaney.

Parmi ses romans les plus connus figure Reflets
en eau trouble
(Black
Water
), paru en 1992, qui part à nouveau d’un fait divers, mais qui eut
des conséquences de grandes ampleurs. Le 18 juillet 1969, le sénateur Edward
Ted Kennedy, frère cadet du célèbre John Fitzgerald, plonge avec sa voiture dans
une eau marécageuse – accident dont il sort indemne, au contraire de la jeune
femme qui l’accompagnait. L’attitude du sénateur juste après l’accident posera
question et mettra plus tard un terme à ses ambitions présidentielles quand
l’affaire resurgira. Le récit d’Oates raconte les dernières heures de la jeune
femme de vingt-neuf ans, morte noyée, et ses derniers instants dans la voiture
alors qu’une eau noire s’y engouffre et monte irrésistiblement alors qu’elle
attend les secours.

Dans Blonde en 2000, Oates propose une énième œuvre sur le mythe Marilyn mais à travers une
narration originale, déstructurée, qui s’attarde sur les moments forts de la
vie de l’actrice, appelée « Blonde », selon le principe de la synecdoque qui parcourt l’œuvre ; ses amants
sont en effet nommés le Dramaturge, le Président ou l’Ex-Sportif. Le ton est
tour à tour cru et onirique ; l’écrivaine semble proposer à la fois un
film et son making-of autour de la vie de son héroïne. L’œuvre, très remarquée,
se trouvera parmi les finalistes pour le prix Pulitzer 2001.

Les Chutes (The
Falls
) œuvre parue en 2004, raconte la malédiction qui semble imprégner la vie d’Ariah, une femme dont
l’époux se suicide au matin de leur nuit de noces en se jetant dans les chutes
du Niagara. Alors qu’elle semble avoir trouvé le bonheur auprès d’un autre
homme, la malédiction la rattrape et ce sera le début d’une enquête pour les
enfants d’Ariah, qui les confrontera à l’expansion
industrielle
qu’a connue la région dans les années 50 et 60, et à des
affaires de corruption.

 

Joyce Carol Oates a une grande admiration pour
la poète et romancière américaine Sylvia
Plath
(1932-1963), à laquelle on la compare souvent. Elle refuse cependant
le romantisme de ses personnages et celui dont elle imprègne l’acte du suicide.
Oates aborde d’ailleurs son œuvre en tant qu’enseignante. Elle a d’abord donné des cours à Beaumont au Texas
avant de déménager à Détroit en 1962 où elle enseigne à l’université. À partir
de 1978, c’est à la prestigieuse université de Princeton qu’elle exerce. Parmi ses étudiants elle comptera le
futur auteur à succès Jonathan Safran
Foer
qu’elle remarquera et qu’elle convaincra qu’il peut devenir écrivain,
notamment en l’aidant à écrire son premier roman, Everything is Illuminated.

 

L’auteure a été très souvent pressentie pour le prix Nobel de Littérature. Elle a connu une forme d’émulation
autour de la littérature dans son couple, qu’elle a formé de 1961 à 2008 avec
un professeur de littérature du XVIIIe siècle rencontré à l’université
de Wisconsin à Madison. Sa passion pour la course
est aussi liée d’une certaine façon à son activité littéraire, car cette
activité est l’occasion pour elle de structurer les scènes de ses œuvres, de
« remuer ses pensées » dit-elle, à partir de brouillons déjà écrits. Elle
a cependant dû l’arrêter à l’approche de ses quatre-vingts ans.

Les évocations de l’écrivaine manquent rarement
de signaler sa très grande productivité,
à tel point que des critiques ont dressé des listes permettant au lecteur de
pénétrer une œuvre qui peut s’avérer intimidante. L’auteure pense pour sa part
qu’on se souviendra d’elle pour Eux et Blonde et conseille ces lectures pour aborder son œuvre. Sa
graphorrhée s’étend depuis 2012 à Twitter, site auquel elle consacre une
demi-heure par jour dit-elle.

 

 

« Lorsque je suis née, le 1er juin 1926, dans la
salle commune de l’hôpital du comté de Los Angeles, ma mère n’était pas là. Où
elle était, personne ne le savait ! Plus tard des gens l’ont trouvée qui
se cachait et, choqués et désapprobateurs, ils ont dit : “Vous avez un beau
bébé, madame Mortensen, est-ce que vous ne voulez pas prendre votre beau bébé
dans vos bras ? C’est une petite fille, il est temps de l’allaiter.” Mais
ma mère a tourné son visage vers le mur. De ses seins gouttait un lait comme du
pus, mais pas pour moi. »

 

Joyce Carol Oates, Blonde, 2000

 

« In the end, all drama
is about family. »

 

Joyce Carol Oates, Les Chutes (The Falls), 2004

Inscrivez-vous pour trouver des essais sur Joyce Carol Oates >