Les liaisons dangereuses

par

La Présidente de Tourvel

Mme de Tourvel représente un modèle de vertu tout au long du roman. Elle rencontre Valmont à la campagne, au château de Mme Rosemonde, et va être mise en garde contre lui, ce qui la fera résister à ses avances au début, mais elle finit par succomber, ce qui la perd. C’est une femme sensible dotée de nombreuses qualités, en contraste voire en opposition aux atouts de Merteuil. Elle est chrétienne, pure et dévote. Elle se montre aussi très sincère, et c’est une femme de devoir.

Mais elle devient un personnage tragique, car il apparaît que l’amour n’est pas pour elle, elle n’est pas un personnage de passion et de bonheur : seule au début, elle finit seule et désespérée. Sa passion avec Valmont est très courte. Tourvel est une femme excessivement romanesque, elle est hors de la réalité ; à travers ses lettre on peut se rendre compte qu’elle aime en réalité la conception de l’amour, et en cela elle est en décalage avec les libertins. Elle anticipe sur les héroïnes du XIXe siècle telles qu’Emma Bovary ou Jeanne dans Une vie, qui ne maîtrisent pas leur destin, vivent en dehors de la réalité, et ne rencontrent finalement jamais le bonheur ni l’amour véritable. 

Inscrivez-vous pour continuer à lire La Présidente de Tourvel >

Dissertation à propos de Les liaisons dangereuses